Il existe plusieurs types de temps ou plutôt plusieurs conceptions du temps. Le temps de la physique classique, linéaire et infini dans le passé et l’avenir. Le temps des grecs anciens ou de Nietzsche, un temps circulaire, celui de l’éternel retour ; les notions de passé ou d’avenir sont alors beaucoup plus floues.

Je ne crois ni à l’un ni à l’autre, je préfère le concept de Jean-Marie Guyau, un philosophe un peu méconnu du XIXième siècle ; selon lui, je traduis sa pensée en des termes imagés, le temps est analogue à une collection de tableaux, ceux du passé sont quasi terminés, ceux du présent sont en cours d’achèvement et  ceux de l’avenir sont à l’état d’esquisse ;  on peut les regarder dans n’importe quel ordre. Pour moi, ou plutôt pour mon Moi, une scène de mon adolescence peut être plus proche qu’un événement de ce matin.

Le problème des humains c’est que, outre une pinacothèque temporelle commune, ils ont chacun leur galerie, différentes par leurs contenus et par leurs classements. Chez l’un, un tableau peut occuper la place centrale, tandis que chez l’autre, le même tableau est rangé au grenier ou à la cave.

Bien évidemment, cette théorie implique que la notion de temps est une création du cerveau humain, peut-être même animal. En utilisant les termes de la scholastique (la philosophie du Moyen-âge), le temps serait un universel c’est-à-dire un concept sans existence intrinsèque, tout au moins pour les nominalistes.

Si cela est, les concepts de voyage dans le temps ou de prédiction n'ont évidemment aucun sens.

 

Ma nouvelle adresse mail: francismathe@orange.fr